Return to site

Rapport IGF : l'IFEC soutient les actions de la CNCC !

· IFEC

Choqué par les premiers extraits du rapport de l’IGF, l’IFEC soutient l’action de la CNCC, conduisant à poursuivre immédiatement le dialogue avec le Ministre pour éviter tout arbitrage précipité.

Les premiers extraits du rapport de l’IGF viennent d’être dévoilés, à la surprise générale, par Les Echos. Il recommande le relèvement des seuils au niveau européen.

Cette extrême simplification proposée au Ministre ne devrait pas être reprise en l’état dans la future Loi Pacte ; ce qu’a confirmé, vendredi, à Jean BOUQUOT le Ministre de l’Economie et des Finances, M. Bruno LE MAIRE. Néanmoins, la profession doit faire de nouvelles propositions.

Les extraits « fuités » dans la presse sont tout simplement scandaleux tant ils jettent le discrédit sur une profession sous tutelle et qui n’a pas manqué de s’adapter depuis la LSF (2003) !

La profession est profondément choquée par cette incompréhension de notre rôle effectif auprès des plus petites entreprises. Le rapport comporte de nombreuses erreurs que nous présenterons au Cabinet du Ministre LE MAIRE à qui nous avons demandé un nouvel entretien.

Comment pouvons-nous laisser écrire que « l’effet de la certification des comptes sur la qualité de ces derniers, mesuré au moyen du taux de redressement, est non significatif pour les petites entreprises situées en dessous des seuils de l’audit légal » ?

Comment pouvons-nous laisser penser que le risque de fraude n’est pas diminué dans une entreprise soumise à l’audit légal sur la seule base des déclarations de soupçons ?

Et comment pouvons-nous laisser considérer que l’expert-comptable pourra se suppléer au commissaire aux comptes, en changeant tout simplement de casquette et en niant sa mission légale (alerte, transparence…) ?

Les arguments de cette extrême simplification sont erronés !
Nos Consœurs et Confrères ne sont pas respectés !
Notre profession est discréditée !
Notre tutelle est ignorée !

L’IFEC soutient l’action du Président de la CNCC, Jean BOUQUOT, et l’ouverture d’un dialogue conduisant à différer tout arbitrage précipité, car ce ne sont pas 25 % des mandats qui sont en jeu, mais 70 % !

La remontée des seuils pose plusieurs questions :

1- Combien de mandats (en nombre) perdriez-vous avec des seuils à 8 M€ de CA, 4 M€ de total bilan, 50 salariés ?
2- Combien de CA (en Euros HT) perdriez-vous ?
3- Et combien de vos salariés seraient, de fait, impactés ?
4- Demain, continueriez-vous le commissariat aux comptes ?

CAC = CONFIANCE = CROISSANCE = EMPLOIS

L’IFEC vous informe, l’IFEC vous défend ! 

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly